Blog

Foot : des musulmans refusent de jouer contre des homos

Foot : des musulmans refusent de jouer contre des homos

comparateur-cotes-football

Parce que « nos convictions sont de loin plus importantes qu’un simple match de foot », a expliqué le club de « musulmans pratiquants » du Créteil Bébel, « nous ne pouvons jouer » contre le Paris Foot Gay.

C’est l’indignation dans l’équipe du Paris Foot Gay depuis qu’un club musulman, le Créteil Bébel, a refusé de jouer contre elle, dimanche 4 octobre, en raison de son homosexualité revendiquée.

Dans un communiqué, le club demande à sa ligue, « la Commission Football Loisirs (CFL), signataire de la charte contre l’homophobie, des sanctions adéquates », et envisage de porter plainte, rappelant que « l’homophobie est passible de poursuite pénale au même titre que le racisme. »

Le comité organisateur de la rencontre s’est quant à lui dit « stupéfait », selon les informations de France Inter, et a convoqué le Créteil Bébel pour lui demander de s’expliquer.

« Nos convictions, plus importantes qu’un match de foot »

Samedi 3 octobre, le Paris Foot Gay recevait un mail signé du Créteil Bébel annulant le match entre les deux équipes prévu le lendemain.

« Désolé mais par rapport au nom de votre équipe et conformément aux principes de notre équipe, qui est une équipe de musulmans pratiquants, nous ne pouvons jouer contre vous, nos convictions sont de loin plus importantes qu’un simple match de foot, encore une fois excusez-nous de vous avoir prévenu si tard », écrivait le Créteil Bébel.

Une lettre somme toute très polie, remarque le Paris Foot Gay, qui constate néanmoins que « cette équipe a tout simplement refusé de se déplacer pour ne pas avoir à jouer contre des homosexuels. » Pourtant, « le Paris Foot Gay n’est pas un club communautariste », tient-il à souligner, et « il est ouvert à tous, hétéros comme homos, heureux de lutter ensemble contre les préjugés et les discriminations. »

Clandestins : le casse-tête des communes

    Clandestins : le casse-tête des communes

  • A Grigny, 20% de la population pourrait ne pas être recensée.
    A Grigny, 20% de la population pourrait ne pas être recensée.

    Non recensés par l'Insee, ils pèsent sur les finances de certaines villes pauvres.

    C'est une population qui échappe au recensement de l'Insee. Qu'ils soient sans papiers, hébergés ou en sous-location, ces habitants de l'ombre sont particulièrement nombreux en région parisienne, où les tensions immobilières sont fortes.

    À Grigny, dans l'Essonne, ces «hébergés» pourraient représenter jusqu'à 20 % d'habitants supplémentaires, si l'on en juge par l'explosion du nombre d'écoliers. Alors que la commune compte 26 000 habitants, elle affiche 1 400 élèves de primaire de plus que sa voisine Viry-Châtillon pourtant plus peuplée (31 000 habitants) ! Cela représente presque 45 classes que le recensement n'annonçait pas. Quatre groupes scolaires à bâtir, entretenir, chauffer, rénover et autant d'enfants à nourrir le midi. Or, «un groupe scolaire coûte en moyenne 500 000 euros par an à la commune», résume Philippe Hivert, le directeur de cabinet du maire. «La Ville fait face à un surcoût scolaire d'au moins 2 millions qui vient creuser notre déficit qui avoisine déjà les 14 millions… C'est insoutenable.»

    Depuis des années, la ville, une des plus pauvres et des plus jeunes du pays, est incapable de redresser ses finances et vit sous tutelle de l'État. Certains accusent l'élu PCF d'avoir laissé les familles démunies se concentrer sur son territoire pour consolider sa base électorale et gérer comme une manne l'attribution de postes de fonctionnaires. Mais l'afflux de sans-papiers, qui rejoignent souvent des proches ou s'installent dans une copropriété dégradée de Grigny, a fini par grever plus encore les budgets avec une facture scolaire et sociale alourdie.

     

    Dotations de l'État indexées

     

    Pour récupérer de l'argent public, l'édile de Grigny plaide depuis des mois pour que l'Insee recompte sa population. Il a demandé à la préfecture d'intercéder, «car le compte n'y est pas». L'Insee assure pourtant qu'elle adapte ses méthodes aux différents quartiers. À Garges-lès-Gonesse, autre ville démunie du Val-d'Oise, le maire a également fait savoir qu'il jugeait sa population largement sous-évaluée et assure que près de 10 % des enfants scolarisés ont des parents «hébergés».

    Certes, cette contestation n'est pas réservée aux communes populaires. Comme les dotations de l'État sont indexées sur le recensement, le nombre d'habitants est partout un enjeu. L'Insee a reçu quelque 500 demandes d'informations complémentaires.

    Dans la plupart des villes, le budget provient pour les deux tiers des taxes et impôts locaux et pour un tiers de dotation. «Chez nous à Villiers-le-Bel, c'est l'inverse. Les transferts et notamment la dotation de solidarité urbaine sont vitaux», rappelle Nicolas Carrier, directeur de cabinet du maire. Officiellement, cette ville du Val-d'Oise compte 26 000 habitants. Et reçoit une dotation générale à laquelle s'ajoute une dotation spécifique pour quartier en zone sensible, également adossée au recensement. Or, à la rentrée «il a fallu ouvrir six nouvelles classes», explique la mairie. Comme l'argent manquait, l'administration n'a bâti que des écoles primaires, pour assurer l'obligation scolaire. En maternelle, elle n'accueille plus que les résidents, et quelques hébergés s'il reste de la place. Une façon de supprimer des coûts qui ne sont pas compensés.

    Villiers-le-Bel a aussi mis en place un quotient familial qui module le prix de la cantine en fonction des revenus… Cette mesure favorise 85 % des familles qui ont vu leur tarif baisser, à condition de présenter leur feuille d'imposition. Ceux qui ne pouvaient prouver leur résidence ont conservé le tarif maximum de 2,90 euros… Une mesure qui pourrait décourager l'installation de ceux qui ne contribuent pas aux finances de la ville.

    En aparté, les maires de ces communes pauvres d'Ile-de-France reconnaissent le problème. Mais beaucoup ferment les yeux. Rares sont ceux qui comme Pierre Cardo, ancien maire de Chanteloup-les-Vignes, assume publiquement : «On ne peut pas demander aux communes les plus pauvres d'accueillir la misère du monde.»

Taxe carbone : faux problème, vrai impôt !

Taxe carbone : faux problème, vrai impôt !

 

Tribune de Jacques COLOMBIER et des élus FN au Conseil Régional d’Aquitaine :

Aujourd’hui, le réchauffement climatique dû à l’activité humaine est érigé en religion indiscutable.
Pourtant, 30 000 scientifiques internationaux ont signé une déclaration indiquant que l’augmentation des températures est provoquée par des facteurs purement naturels et ne dépend nullement des gaz à effet de serre. Les vraies raisons de ces changements climatiques sont liées à l’inégalité du rayonnement solaire, à l’instabilité des courants océaniques. On a donc le droit de s’interroger !
Pendant ce temps, les lobbys écologistes nous culpabilisent et imposent leurs diktats éco-activités, éco-filières, éco-conditionalité, éco-citoyens, éco-responsables… et l’éco-nomie dans tout ça ?

Les coupables, nous tous, paieront la taxe carbone, un impôt de plus pour les Français et les petites entreprises, les grands groupes en seront exemptés, c’est la fiscalité verte !

Non à la Tour Eiffel turque !

Non à la Tour Eiffel turque !

Les Franciliens qui reçoivent leurs impôts locaux s’étonnent d’une augmentation moyenne de 20%. Les Parisiens déplorent quant à eux une explosion de 47% de la taxe foncière !!!
Mais pendant qu’ils s’appauvrissent, Delanoë et Sarkozy se livrent sans vergogne à un gigantesque gâchis d’argent public, tel que dans quelques jours celui que constitue l’illumination de la Tour Eiffel aux couleurs de la Turquie.

Manifestation inouïe puisque le monument symbole de Paris et de la France sera illuminé pour la première fois de son histoire d’un croissant islamique … avec l’argent des Parisiens.

M. Delanoë ose même déclarer que « cette illumination aux couleurs de la Turquie du monument emblématique de Paris montre l'attachement du maire de Paris à ce que la Turquie puisse enfin avoir une place pleine et entière au sein de l'Union Européenne. »

Quant à Sarkozy, malgré ses promesses électorales, il laisse avancer les négociations pour l’entrée de la Turquie qui bénéficie de milliards d’euros versés par l’Union européenne en vue de son intégration.
Pour dire non à l’Europe turque voulue par Delanoë et Sarkozy !
Pour dire non au gâchis d’argent public !
Pour réaffirmer notre attachement à une France Bleu Blanc Rouge !

Marine LE PEN, Vice-présidente du FN, Marie-Christine ARNAUTU, Tête de liste aux élections régionales en Ile-de-France, ainsi que des élus, responsables et militants du FN Ile-de-France, participeront au rassemblement de protestation du Front National, Place Saint Gervais (derrière la Mairie de Paris), dans le 4e arrondissement, le jeudi 8 octobre à 12h30.

Non-assistance à population en danger !

Non-assistance à population en danger !

Posté le 2 octobre 2009  

Communiqué de presse du Front National de Gironde

A Pau, l’Aquitaine a souffert une fois de plus des méfaits de l’immigration dans ses quartiers dits « sensibles ».

Pas moins de 16 voitures ont été incendiées au cours de violences urbaines et d’une nuit presque « normale » selon les termes d’une dépêche officielle !

La normalité semble donc à présent inclure quelques violences ou incendies, pour les responsables civils ou politiques du système en place.
Pour le Front National, la normalité est de pouvoir circuler, garer son véhicule et vivre en sécurité dans nos villes comme dans nos campagnes.

Quelles soient urbaines ou non, ces violences sont d’autant plus inadmissibles que leurs auteurs sont bien souvent connus des services de police.

Le maire socialiste de Pau, Mme Lignères-Cassou découvre en 2009 que « cela tombe sur des gens qui n’avaient pas besoin de cela ». Y aurait il des français qui en auraient besoin ??
Le Front National lui, depuis des années, constate que ces violences et incendies touchent en priorité dans ces quartiers les français aux revenus les plus modestes.

En déclarant que « cela est presque devenu le lot habituel du week-end », une élue socialiste avoue l’impuissance et l’échec cuisant des politiques d’immigration et de sécurité de gauche comme de droite depuis des années.

Quant aux habitants, ils s’indignent que les incendiaires jouissent d’une « impunité décourageante »…

Le Front National ne tolèrera pas que l’insécurité continue d’exploser et touche les familles françaises aux revenus modestes dans ces quartiers !
Il ne tolèrera pas que les voyous, dealers et incendiaires jouissent d’une impunité scandaleuse !
Il ne se résoudra pas à ce que la violence et l’agression soient le lot habituel des français !

Ils doivent en Aquitaine, comme partout ailleurs, devant la passivité criminelle, l’incompétence et les gesticulations du gouvernement, se tourner vers le Front National et voter pour ses listes aux régionales 2010 !

Ils voteront pour leur sécurité !

Réforme du statut de la Poste

Réforme du statut de la Poste : une grave atteinte au service public

Posté le 3 octobre 2009  

Communiqué de Presse de Marine LE PEN, Député Européen, Conseiller Municipal d’Hénin-Beaumont :

Le projet de réforme du statut de la Poste, et à terme, sa privatisation, est une grave atteinte au service public. La privatisation, avec pour objectif la seule rentabilité, aura pour conséquence la suppression de bureaux de postes dans les zones rurales où l’abandon de l’Etat est déjà fort. C’est ainsi que trois bureaux de poste disparaissent déjà chaque jour en France depuis le 1er janvier 2009.

Pour autant, la « votation citoyenne » est un leurre institutionnel et une escroquerie politique. Un leurre institutionnel car elle n’a aucune valeur juridique. Une escroquerie politique car ceux qui l’organisent sont les responsables de la libéralisation des services publics. Ainsi, le Parti Socialiste a beau feindre de défendre le service public à la française, il a largement contribué à sa mise à mort programmée en se prononçant en faveur du Traité de Lisbonne, « copier/coller » du Traité européen rejeté massivement par les Français en mai 2005. La libéralisation des services publics a d’ailleurs été entérinée par Lionel Jospin, alors premier ministre, au sommet de Barcelone.

Le Traité de Lisbonne, en plus d’être le fossoyeur de l’indépendance et de l’identité des nations européennes, est également le bourreau du service public, au nom d’un culte de la rentabilité, et de la concurrence libre et non faussée, ennemis mortels de l’intérêt général.

Marine Le Pen dénonce le double langage des partis de gauche qui prennent encore une fois les électeurs pour des idiots, et appelle les Français à les sanctionner lors des prochaines consultations électorales. Elle réclame également un grand référendum d’initiative populaire sur les services publics pour rendre enfin la parole au peuple.

Militantisme : collage intensif du Front National à Toulon (Var)

Militantisme : collage intensif du Front National à Toulon (Var)

1744827006À tous les visiteurs qui passeront dans la capitale du Var ce week-end, soyez les bienvenus à Toulon !

La section Front National de Toulon tient tellement à offrir un accueil chaleureux aux Français de passage dans ce grand port militaire qu’elle n’hésite pas à retapisser tous les panneaux de la ville pour marquer sa joie…

Agrémentés de flammes en cascades du meilleur ton (bleu blanc rouge !), c’est le sourire éclatant de Jean-Marie LE PEN qui illumine les panneaux de la ville… et rappelle à tous que le Front National est désormais là et bien là, ancré solidement en Provence !

Et pendant que nos militants enflammaient de bleu blanc rouge les panneaux de la ville, d’autres militants non moins courageux arpentaient le marché du Pont du Las pour distribuer quelques centaines de tracts aux Toulonnais… l’accueil toujours !

Alors à nos amis et visiteurs, bienvenue en Provence, terre frontiste. Bienvenue à Toulon, sa rade, ses plages, ses collines et son… FRONT NATIONAL, à votre service !

Réforme du statut de la Poste : une grave atteinte au service public

Réforme du statut de la Poste : une grave atteinte au service public

Marine drapeau bbrCommuniqué de presse de Marine Le Pen

Le projet de réforme du statut de la Poste, et à terme, sa privatisation, est une grave atteinte au service public. La privatisation, avec pour objectif la seule rentabilité, aura pour conséquence la suppression de bureaux de postes dans les zones rurales où  l’abandon de l’État est déjà fort. C’est ainsi que trois bureaux de poste disparaissent déjà chaque jour en France depuis le 1er janvier 2009.

Pour autant, la « votation citoyenne » est un leurre institutionnel et une escroquerie politique. Un leurre institutionnel car elle n’a aucune valeur juridique. Une escroquerie politique car ceux qui l’organisent sont les responsables de la libéralisation des services publics. Ainsi, le Parti Socialiste a beau feindre de défendre le service public à la française, il a largement contribué à sa mise à mort programmée en se prononçant en faveur du Traité de Lisbonne, « copier/coller » du Traité européen rejeté massivement par les Français en mai 2005. La libéralisation des services publics a d’ailleurs été entérinée par Lionel Jospin, alors premier ministre, au sommet de Barcelone.

Le Traité de Lisbonne, en plus d’être le fossoyeur de l’indépendance et de l’identité des nations européennes, est également le bourreau du service public, au nom d’un culte de la rentabilité, et de la concurrence libre et non faussée, ennemis mortels de l’intérêt général.

Marine Le Pen dénonce le double langage des partis de gauche qui prennent encore une fois les électeurs pour des idiots, et appelle les Français à les sanctionner lors des prochaines consultations électorales. Elle réclame également un grand référendum d’initiative populaire sur les services publics pour rendre enfin la parole au peuple.

Marine Le Pen, député européen et conseiller municipal d’Hénin-Beaumont

Rassemblement contre l’illumination de la Tour Eiffel aux couleurs de la Turquie

Rassemblement contre l’illumination de la Tour Eiffel aux couleurs de la Turquie

toureiffel

Jeudi 8 octobre 2009 à 12h30

Rassemblement de protestation du Front National

contre l’illumination de la Tour Eiffel

aux couleurs de la Turquie.

Place Saint Gervais (derrière la Mairie de Paris)

dans le 4e arrondissement.

Métro Hôtel de Ville

Seront présents :

Marine LE PEN,

Vice-présidente du FN,

Marie-Christine ARNAUTU,

Tête de liste aux élections régionales en Ile de France,

Les élus, responsables et militants du FN Ile-de-France.

Le représentant des harkis débarqué

Le représentant des harkis débarqué

boussad azni

Boussad Azni, le conseiller « chargé des harkis et de la citoyenneté » auprès d’Hubert Falco secrétaire d’État aux Anciens Combattants, aurait mieux fait de se taire : il vient d’être débarqué de son poste. Motif : on ne parle pas sans l’aval du ministre. Il y a une semaine, à l’occasion de la journée nationale d’hommage aux harkis, il avait regretté que Nicolas Sarkozy n’ait pas, selon lui, tenu ses promesses…

Boussad Azni, Président d’honneur du Comité national de liaison des harkis, n’en revient toujours pas : lundi matin, en son absence, sa secrétaire au ministère a été convoquée pour faire ses cartons, son bureau a été vidé, son téléphone portable professionnel coupé. Samedi, la voiture mise à sa disposition lui avait déjà été enlevée alors qu’il devait se rendre à Rouen représenter le ministre lors d’une cérémonie.

Source : France Info

NDLR : Cela va très bien aux Pieds-Noirs et Harkis qui ont voté pour Sarkozy et sa clique gaulliste ! Maintenant, une fois de plus, que  les cocus se comptent…en silence !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×