Blog

Le chauffard était l’un des fils de François Fillon

Le chauffard était l’un des fils de François Fillon

chauffardLes faits remontent au 19 mai dernier mais Ouest-France a révélé  l’information samedi : une motarde de 41 ans, qui circulait sur une bretelle d’autoroute entre Rennes et Lorient, a été collée par un véhicule 4×4 occupé par quatre jeunes.

Après enquête, la police a découvert que le véhicule en question appartenait… à François Fillon. Le dangereux conducteur n’étant autre que l’un des fils du premier ministre.

« Ça aurait pu très mal se terminer », raconte la motarde qui a eu très peur. « Comment on peut s’amuser avec la vie des êtres humains comme ça ? » « On ne s’en va pas en riant et encore moins avec un bras d’honneur » si c’est involontaire, a-t-elle déclaré au micro de François Coulon d’Europe 1.

La suite de la plainte de la conductrice de la moto ? Un simple rappel à la loi devant le délégué du Procureur de la République, un dispositif qui permet d’éviter d’engager des poursuites pénales. A une condition, que le chauffard se présente à sa convocation, ce que le rejeton du Premier ministre n’a pas manqué de faire le 16 septembre. « On lui a rappelé les règles fondamentales de la sécurité routière », a rapporté le procureur, Hervé Pavy, cité par Ouest-France. Le fils du Premier ministre a toutefois nié avoir agi intentionnellement.

« Ce n’est pas parce qu’on est fils de Premier ministre qu’on peut s’en sortir comme ça. »

La plaignante ne tient pas à en rester là. Elle a écrit au procureur pour réclamer qu’un juge d’instruction soit saisi ou que l’affaire soit renvoyée devant un tribunal correctionnel. Elle réclame 2.120 euros de dommages et intérêts.

Corbeil-Essonnes (91) : Résultats du 1er tour et perspective

Corbeil-Essonnes (91) : Résultats du 1er tour et perspective

Ancien industriel et patron de presse, Serge Dassault est le 90<sup/>er homme le plus riche du monde en 2009 (fortune supérieure à 5 milliards $) selon le magazine Forbes

Ancien industriel et patron de presse, Serge Dassault est le 90e homme le plus riche du monde en 2009 (fortune supérieure à 5 milliards $) selon le magazine Forbes

C’est donc Jean-Pierre Bechter qui est arrivé en tête au 1er tour hier. Avec 30,8 % des suffrages le poulain de Serge Dassault réalise cependant un score décevant qui pourrait être de mauvais augure pour le second tour. Rappelons que l’an passé Serge Dassault avait réuni sur son nom 40,8 % des suffrages. Un effondrement.

Il devance la liste communiste menée par Michel Nouaille avec 24,3 %. Pour celle-ci, bien qu’elle soit qualifiée pour le second tour c’est aussi un effondrement presque de la même ampleur. Ce sont 7 % des suffrages qui ont été perdus en une année et demi. Le score affaiblit donc le leadership de la liste Nouaille en vue de faire l’union pour le second tour.

Plus que jamais, c’est Carlos Da Silva qui détient les clés du résultat de cette élection. Avec ses 19 % (contre 21 % en 2008) il est la carte indispensable pour faire gagner la gauche. Cependant, tandis que l’an dernier les deux listes de gauches étaient censées représenter plus de 52 % des votes, ce n’est plus le cas cette année. Elles ne font plus que 43 % et ce n’est que si on y ajoute les 7,77 % de l’écologiste Jacques Picard que l’on passe péniblement la barre des 50 %.

Blois : Philippe Loiseau

Blois : Philippe Loiseau sur le marché Louis XII Les commerçants et les clients du marché Louis XII avaient vivement réagi, au mois de juillet, à l'oukase de maire de Blois qui voulait arbitrairement en avancer le fermeture. Pour que les clients se rendent dans les grandes surfaces ? Le Front National avait immédiatement apporté son soutien en organisant une opération “tous au marché“, les commerçants avaient lancé une pétition, et au final, le maire a dû reculer. A l'occasion de sa venue à Blois, Philippe Loiseau, tète de liste du Front National pour la région Centre, a consacré une des ses toutes premières visites de campagne au marché Louis XII, accompagné de Michel Chassier, Chargé de mission du FN41, Paul Pelletier, responsable de circonscription, qui a tenu pendant des années un banc de poissonnerie sur ce même marché, et de plusieurs cadres de la région. Inutile de dire que l'accueil a été excellent. Les commerçants, sédentaires et non-sédentaires, artisans, professions indépendantes ne s'y trompent pas, ils savent qu'ils peuvent compter sur le Front National, seul à les défendre.

Daghestan : le nouveau front islamiste du Caucase russe

Daghestan : le nouveau front islamiste du Caucase russe

Daghestan Vitiaz

Une unité d'un groupe des forces speciales du FSB (Spetsnaz Grupa) en opération anti-terroriste dans un village daghestanais

Depuis le début de l’année, progressivement, un nouveau front dans le Caucase russe s’est formé, et cela suite à la victoire russe contre la Géorgie en août 2008. Le Daghestan, à la  fois la plus grande et la plus peuplée république de Ciscaucasie*, est en proie à une insurrection islamiste qui ressemble, à s’y méprendre, à celle de Tchétchénie dans les années 1990, et dont les ficelles sont là encore, comme dans la république voisine, tirées de l’étranger. Déstabilisé par les deux guerres de Tchétchénie, le Caucase russe connaît un regain de violences, d’attaques et d’attentats, visant notamment les forces de l’ordre, de façon quasi-quotidienne. Avec plus de 25 enlèvements entre janvier et août, dont 12 personnes kidnappées qui ont été retrouvées mortes, et 237 « combattants rebelles présumés » tués sur la même période, c’est un nouveau front qui s’est créé et dont les médias occidentaux ne parlent presque pas. Il y a deux jours, le chef d’une administration locale du Daghestan a été tué par balles à Moscou.

Alimsoultan Alkhamatov, chef de l’administration du district du Khassaviourt, a été abattu au sud-ouest de Moscou alors qu’il sortait de sa voiture accompagné de gardes du corps, il a succombé à ses blessures. Il avait déjà été la cible de trois tentatives de meurtre. Deux suspects ont été arrêtés, y compris un Daghestanais soupçonné d’avoir amené le tueur sur les lieux du crime, a rapporté l’agence Interfax, s’appuyant sur des sources proches de l’enquête. Le ministre de l’Intérieur du Daguestan, Adylguéreï Magomedtaguirov, avait été tué en juin par un tireur d’élite alors qu’il assistait à un mariage. Et les forces de l’ordre de la Fédération de Russie d’évoquer « une véritable chasse contre les hauts responsables au Daguestan ».

« Sur huit mois de cette année [...], 381 attaques contre des membres des forces de l’ordre ont été enregistrées et dans celles-ci 158 de nos collaborateurs ont été tués et 388 blessés », a déclaré le 24 septembre dernier le procureur général-adjoint Ivan Sydorouk, selon RIA Novosti. Les violences se sont multipliées cet été dans tout le Caucase du Nord, en particulier en Ingouchie, au Daghestan et en Tchétchénie. Au cours des seuls mois de juin, juillet et août, l’AFP a recensé, sur la base d’informations officielles et des agences russes, la mort de 259 personnes dans de tels incidents, dont 109 policiers et militaires.

Autre raison d’être inquiet : début septembre 2009, la police de Makhatchkala appuyée par des agents du Service fédéral de sécurité de Russie (FSB – Direction du Daghestan) ont arrêté un groupe de femmes soupçonnées de projeter un attentat suicide dans l’un des magasins de la ville de la côte occidentale de la Mer Caspienne.

Comme pour la majeure partie de la région caucasienne, l’islam natif du Daghestan est de la branche soufie (pour comprendre ce qu’est le soufisme, voir ici) depuis des siècles. Ces dernières années, on a observé des tensions entre des écoles soufies locales et des missionnaires wahhabites (originaires des monarchies pétrolières du Golfe persique, toutes inféodées à l’hyperpuissance US) venus dans la région pour mener à bien des conversions. Progressivement, depuis les guerres de Tchétchénie, des bandes armées islamistes, qui n’hésitent plus à se mêler aux divers trafics d’armes et de drogue qui transitent par le Caucase, se sont constituées. Les « volontaires daguestanais » qui ont combattu en Tchétchénie sont actuellement estimés à plusieurs milliers, peut-être 5 ou 6.000, la plupart ayant repris du service au sein de l’actuelle « rébellion » sous le dénominatif de « Sharia Jamaat ». Selon les chiffres officiels, en 2000, on estimait à 25.000 le nombre de salafistes dans la république ; mais deux ans plus tard, ce chiffre a soudainement baissé à 800, Moscou cherchant vraisemblablement à montrer une certaine réussite de sa lutte contre ce type de radicalisme (Daghestan News Agency, 5 septembre 2005).

Sharia Jammat, structure clandestine de type terroriste a été créée par Rasul Makasharipov suite de la destruction de son groupe de combat salafiste en Tchétchénie, Dzhennet (en arabe : le Paradis). Makasharipov a été tué au cours d’un affrontement avec les troupes russes, le 6 juillet 2005. Son successeur, Rappani Khalilov a repris en main Shariat Jamaat dans le sud-est de la Tchétchénie et les régions montagneuses de l’ouest du Daghestan. À son tour, Khalilov a été abattu le 17 septembre 2007 et remplacé par Dokka Umarov. Selon le site Kavkaz Center, le 1er octobre 2007, Khalilov a été remplacé par son adjoint, Abdul-Madzhid, Umarov devant le chef opérationnel de la « rébellion « daghestanaise. Abdul-Madzhid, vétéran de la seconde guerre de Tchétchénie où il a combattu dans les unités de mudjahidin d’Aslan Maskhadov et Ibn al-Khattab, a rejoint en 2005 Sharia Jamaat. Il est devenu un proche de Rappani Khalilov, ce qui lui a permis de gagner en notoriété dans les rangs islamistes en tant que chef charismatique et expert dans la guerre d’embuscade. L’« émir » Abdul-Madzhid a été éliminé le 8 septembre 2008 par des commandos spéciaux russes du FSB (Spetsnaz Grupa) dans le sud du Daghestan, dans la foulée de l’éradication du groupe de Chamil Bassaïev, le redoutable chef islamiste tchétchène tué le 10 juillet 2006 en Ingouchie. Abdul-Madzhid a été remplacé le 12 décembre, sur ordre de Dokka Umarov le « Commandant du Daghestan » (lié au Front caucasien fondé par le séparatiste islamiste Abdul-Khalim Saïdoullaïev, tué en juin 2006), par Omar Sheikhulayev qui a aussitôt pris la tête de Sharia Jamaat, avant d’être tué à son tour le 5 février 2009 par des commandos spéciaux russes dans une banlieue de Makachkala.

Selon des sources russes, il y aurait de nombreux « volontaires » étrangers dans les rangs de l’organisation terroriste salafiste, environ un quart de l’effectif total, vraisemblablement des cadres et experts de la guérilla. Le 31 août dernier, les forces russes ont abattu un Algérien**, connu sous le nom de « docteur Mohammed », à Mutsalaul près de Khasvyurt. Selon le Service fédéral de sécurité (FSB), il était le « coordinateur au Daghestan » pour Al-Qaïda. Toutefois, il n’y a eu aucune preuve matérielle qu’Al-Qaïda finance la récente recrudescence d’actes de terrorisme, le « docteur Mohammed » devant vraisemblablement chercher à établir des liens avec les groupes islamistes locaux.

Contrairement à la Tchétchénie, le Daghestan n’a pas de montagnes recouvertes de forêts importantes dans lesquelles de petites unités de combattants peuvent aisément se cacher. Aussi, les insurgés sont donc forcés de se camoufler dans les zones habitées, ce qui sous-entend que l’attitude des populations locales à leur égard est fondamentale, étant donné que ces islamistes deviennent de fait très faciles à identifier. C’est ce qui explique en partie la valse des chefs de guerre depuis quelques années à la tête de Sharia Jamaat.

Constituée en cellules autonomes et quasi indépendantes, l’organisation salafiste comprendrait des groupes particulièrement actifs qui ont pris des noms différents tout en restant sous son autorité : « Dzhundullah » (Les guerriers d’Allah) à Khasavyurt, « Seifullah » (L’épée d’Allah) à Buinaksk et « Yasin » à Makhatchkala.

La plupart des cibles de l’organisation terroriste sont généralement les organes de « répression » (police locale, FSB, MVD, GRU…), les fonctionnaires, les symboles du pouvoir, les services judiciaires, mais aussi ce qu’elle désigne comme des « infidèles » du Conseil spirituel des musulmans du Daghestan, l’organe officiel de musulmans daghestanais, sans oublier les chrétiens (moins de 125.000 âmes), l’Église orthodoxe russe et les « juifs des montagnes » (moins de 1.400 individus).

Dans la nuit du 20 au 21 septembre dernier, un sérieux accrochage entre un détachement des Mudjahidin-Ansar (composante indirecte de Sharia Jamaat) et des gardes frontière azerbaïdjanais, fait désormais craindre à Moscou une extension du conflit dans les semaines à venir, d’autant que le communiqué de l’organisation terroriste évoque une instrumentalisation des minorités ethniques lezghies, avares et tsakhoures (www.1news.az, 20 septembre 2009). Aussi, le gouvernement russe apparaît dès lors particulièrement préoccupé par la situation de cette république dont la position géostratégique sur la Caspienne, et le pétrole de Bakou, voisine de l’Azerbaïdjan et la Géorgie, est hautement sensible.

La laïcité au Conseil de Paris

La laïcité au Conseil de Paris

9028_101276016558467_100000282064092_33331_4103045_n

Le conseil de Paris qui se réunit une fois par mois, habituellement le lundi, a dérogé cette fois à son calendrier. Il se réunira demain mardi.

En effet, en raison de la fête juive de Yom Kippour, les présidents de groupe des partis politiques représentés au conseil de Paris se sont mis d’accord pour repousser la réunion au lendemain.

Ce sont les mêmes qui avaient voté en avril dernier l’interdiction de la messe de clôture du pèlerinage Chartres-Montmartre.

Communiqué de Presse de Marie-Odile RAYE

 

Communiqué de Presse de Marie-Odile RAYE, conseiller régional PACA, secrétaire départemental du FN en Vaucluse :

L’absence de jambon à la cantine ne leur suffit plus !
Pour leurs enfants ils exigent maintenant de la viande Hallal.
Lahoucine Chengiti, re...présentant des parents d’élèves de Monclar (Avignon), à la fin du Ramadan, va même poser la question au Conseil Général, lequel se défend au nom de la laïcité « Quand il y a du porc au menu on propose d’autres plats » (sic). Le Ministère de l’Education Nationale considère « que la viande hallal exigeant la présence d’un représentant religieux dédommagé (re-sic), peut être considérée comme un financement indirect à une religion ». Heureusement encore ! Mais comme le voleur chinois « ils » grignotent et « ils » y arriveront un jour ou l’autre. Pour peu que les édiles UMPF-PS continuent le jeu de l’abdication ou …. de la collaboration.

• Hier « ils » demandaient des cimetières à 100% musulmans. (Association des musulmans de Limoges pour la Fraternité)
• La Société Générale se met aux placements 100% Hallal

Et puis quoi encore ?
C’est le corollaire de l’immigration !

Monsieur Roman Polanski est accusé par la justice américaine

Monsieur Roman Polanski est accusé par la justice américaine d’avoir commis un crime particulièrement ignoble puisqu’il s’agit du viol aggravé d’une enfant de 13 ans.

Monsieur Polanski ne peut se prévaloir de la prescription puisqu’il s’est enfui des Etats-Unis pour se dérober à la justice de ce pays.

Il est donc normal qu’il soit le sujet d’une extradition selon les règles du Droit International.

Le soutien qu’ont apporté Messieurs Kouchner et Mitterrand à ce criminel pédophile, au nom des droits particuliers qu’aurait la caste politico-artistique, est scandaleux et justifie que soit demandée leur démission.

Jean-Marie Le Pen
Président du Front National

Saint-Ouen réclame des renforts

Saint-Ouen réclame des renforts

Fusillade . Deux jeunes hommes ont été tués par balles samedi, en plein après-midi, dans la cité Arago.

L’émotion était perceptible hier, à Saint-Ouen où, la veille, deux hommes de vingt-huit et vingt-neuf ans sont morts tués par balles, en plein après-midi, dans une cité de la ville dénommée Arago. « Quand on a appris ça hier, j’ai appelé ma fille et elle a fondu en larmes : elle était allée à l’école avec Moussa », raconte ainsi Abdallah, qui préside une toute nouvelle association, Mosaïque (1), organisatrice d’un repas de quartier qui se tenait au même moment, « à cinquante mètres » de l’endroit où les faits se sont déroulés. « Ce n’est pas ça Saint-Ouen, je ne reconnais pas ma ville », commente une habitante, qui résume l’incrédulité d’une population qui a vu la violence s’emballer ces derniers mois, sur fond de trafic de drogue.

Un règlement de comptes entre trafiquants est en effet la piste privilégiée par les enquêteurs pour expliquer le drame de la veille. Les deux jeunes victimes venaient de purger des peines de prison pour trafic de drogue.

« Il s’agit de grand banditisme, pas d’un problème lié aux problématiques que nous avons pu connaître jusqu’à présent », a expliqué à l’Humanité Jacqueline Rouillon, la maire (PCF) de la ville, en marge d’une conférence de presse tenue en commun avec son homologue de Saint-Denis, Didier Paillard (PCF), et le député communiste et président de la communauté d’agglomération Plaine Commune, Patrick Braouezec. D’une même voix, les élus ont réclamé (et obtenu, pour demain soir) un rendez-vous avec le ministre de l’Intérieur, Brice Hortefeux, afin de réclamer « le démantèlement des trafics » et « une présence policière renforcée ».

Pour la maire, « il y a quatre endroits identifiés dans la ville comme des lieux de non-droit aux mains des dealers ». Des lieux où, selon les habitants, les trafiquants sont épaulés par des guetteurs, et disparaissent dès qu’un véhicule de police approche. « Il faut une véritable investigation, et rétablir la police de proximité. Ce qui se passe n’est pas du ressort de la police municipale », complète un élu pour qui clients et vendeurs viennent de tout le département, et même des départements voisins. « On voit même des voitures immatriculées en Belgique, en Allemagne ou dans le Nord de la France », complète-t-il. Début juillet, déjà, un jeune homme de vingt ans avait été abattu par balles, en plein centre-ville.

(1) L’association appelle à un rassemblement silencieux ce soir à 19 heures devant la sortie Arago de la station Saint-Ouen du RER C. Contact : audonien93@live.fr

METALSKINSS

Groupe Français

RAC

Lire la suite

Communiqué de Jacqueline Rouillon sur les sans papiers

Communiqué de Jacqueline Rouillon sur les sans papiers
Le parrainage des sans papiers, l’accompagnement tenace d’Audoniens dans leurs démarches pour vivre en toute sécurité sur notre territoire ont toujours été au cœur de notre action.
 
Saint Ouen a toujours été du coté de la fraternité, valeur qui devient subversive alors qu’elle est le fondement même de notre République.
 
Aussi, il est de notre devoir de nous opposer par tous les moyens à la mise en œuvre de l’article L622-1 de la loi CESEDA qui permet de punir de 5 ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende «  toute personne qui aura , par aide , directe ou indirecte , facilité ou tenté de faciliter l’entrée , la circulation ou le séjour irréguliers d’un étranger en France « 
 
Le 8 avril des milliers de personnes vont revendiquer  le fait d’être des « délinquants de la solidarité ». Je m’associe à cette démarche et confirme mon opposition à la loi CESEDA . « Moi aussi je suis une délinquante de la solidarité. »
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site