Grâce à la « natiosphère » et au Front National,

  • Par sophie123
  • Le 08/10/2009
  • Commentaires (0)

Grâce à la « natiosphère » et au Front National, le cas Mitterrand est devenu une affaire d’Etat

Billet d’humeur

LExpress fachosphère Mitterrand« Pas de commentaire », silence radio ! Telle était hier, et durant toute la journée, la réponse laconique du service de presse du ministère de la Culture de Frédéric Mitterrand, après le clash de Marine Le Pen sur France 2, la veille au soir dans l’émission Mots Croisés d’Yves Calvi. Même attitude du côté de l’Elysée où la gène prédomine, même dans les propos du très servile Claude Guéant. Depuis, la toile s’est emballée… Pour la seule journée d’hier, nous avons comptabilisé sur NP Info une hausse de plus d’un tiers de nos visites uniques. Car, ce qui n’était qu’une simple information en provenance de la sphère Internet nationale/nationaliste, la « natiosphère », est devenu en quelques phrases bien appuyées de la vice-présidente du Front National, lundi soir sur France 2, une affaire politique, une affaire d’Etat même.

L’affaire avait commencé dès le 1er octobre, lorsque le Front National avait lancé une pétition appelant à la démission de Frédéric Mitterrand, suite à ses écrits pour le moins controversés sur le tourisme sexuel dont il reconnaissait s’être rendu coupable autrefois, aveux parus dans son autobiographie de 2005, La mauvaise vie. Ces propos infâmes, portant atteinte aux principes moraux les plus fondamentaux de notre société européenne et chrétienne, repris sur fdesouche.com et surtout sur NationsPresse.Info, avant de passer sur d’autres sites et blogs de la mouvance nationale-catholique, ont bien vite fait le tour de la toile. Et cela dans un contexte bien particulier : l’« ignoble soutien » (pour reprendre les propos de Marine Le Pen) du tout bien-pensant politiquement correct à Roman Polanski, accusé de crime sexuel à l’encontre d’une jeune fille de 13 ans et actuellement incarcéré en Suisse.

Ce matin, L’Express titre : « La fachosphère accuse Frédéric Mitterrand de pédophilie ». Devant la complicité de l’Elysée, face au manque de réaction de l’entourage du ministre de l’(in)culture, la machine médiatique semble s’emporter à la suite d’Internet. D’autant que chacun (grosse presse et UMPS) paraît se comporter comme le porte parole de l’UMP : lundi soir, sur le plateau d’Yves Calvi, il avait botté en touche avec une lâcheté sans pareil devant le réquisitoire accablant, qui fera incontestablement date, de la représentante du Front National. Internet, une fois de plus, a bien joué son rôle d’espace médiatique de liberté.

Assurément, les services de l’Elysée, les réseaux de l’UMP et tout ce qui compte comme lobbies vont désormais s’attacher à faire en sorte que cette affaire écoeurante ne vienne pas à remettre en cause l’intégrité gouvernementale par une éventuelle campagne de presse peu amène. Et il n’y a qu’à regarder attentivement les visages coincés des autres participants sur le plateau de Mots Croisés pour comprendre que « l’opposition » (Corinne Lepage pour le MoDem, André Vallini pour le PS) n’est pas forcément prédisposée à demander des comptes à « Frédo le Pédo »… et encore moins à l’époux de Carla Bruni !

Pourtant, tous, sans exception, savaient quel genre de saloperies immondes l’actuel ministre de la Culture avait osé étaler dans ses pages. Aussi, aucun sur le plateau ne semblait s’étonner de la nature exacte de ces écrits insanes, Lepage osant même demander de passer à autre chose au moment où Marine Le Pen mettait en difficulté Frédéric Lefebvre ! Il faut donc profiter de cet espace de liberté qu’est encore Internet pour dénoncer sans relâche cette complicité de fait vis-à-vis de ce qui est effectivement devenu « une tâche indélébile » au sein du gouvernement. Pour l’heure, « Frédo » est en « déplacement » en Asie centrale, et les petits Kazakhs n’ont qu’à bien se tenir…

Hier, sur Marianne2, Philippe Cohen, pourtant peu suspect de sympathie appuyée à l’endroit du Mouvement national, soulignait à juste titre que « cette stratégie bouscule tout un électorat conservateur (et ici, simplement parental, profondément révulsé par la pédophilie). Marine Le Pen […] a là une carte à jouer. Nul doute qu’elle va s’y employer. Marine, l’espoir de l’opposition pour affaiblir Sarkozy ? »

Effectivement, c’est désormais l’enjeu qui se présente à nous tous, et nous devons dès lors nous y attacher, derrière Marine Le Pen et le Front National, avec les différentes sensibilités de chacun.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×