Graves événements à Chauny (Aisne)

  • Par sophie123
  • Le 26/10/2009
  • Commentaires (0)

Graves événements à Chauny (Aisne)

mapdataLa ville de Chauny dans l’Aisne est réputée pour son insécurité. Depuis plusieurs mois, on tente de faire croire que les responsables des désordres réguliers qui surviennent sont des « skinheads », pourquoi pas des « neo-nazis », aujourd’hui des « nationalistes ». La réalité est tout autre et les événements de vendredi soir la font éclater.

Tous les soirs, à la sortie des deux principaux lycées de la ville, les jeunes filles sont systématiquement insultées, provoquées, agressées par une racaille nombreuse, toujours les mêmes, stationnant aux portes des établissements après avoir zoné toute la journée en ville.
Tous les soirs, il faut venir protéger ces filles et leur permettre de rentrer chez elles sans trop d’encombre. Ce sont leurs frères, leurs amis qui s’en chargent. Ces garçons, très courageux, sont eux aussi invariablement injuriés, attaqués par la même racaille, les mêmes parasites. Le 21 octobre, l’un d’eux a été menacé par quatre voyous porteurs de couteaux qui ont finalement été interpellés. Il s’agit d’autodéfense. Comment faire autrement lorsque les crapules sont aussi nombreuses et les autorités aussi laxistes.

C’est vrai qu’il peut survenir à Chauny des événements graves. Toutefois, ils seront de la seule responsabilité des pouvoirs publics qui laissent la ville aux mains de bandes qui peuvent agir impunément et de la seule responsabilité des désinformateurs qui jettent de l’huile sur le feu.

Ces pouvoirs publics ont fait, ce dimanche, placer en garde à vue une jeune fille régulièrement agressée et son frère qui doit, tous les jours, la protéger. Ces deux jeunes gens n’ont fait que se défendre. La fédération du Front national de l’Aisne proteste contre ces arrestations et demande qu’aucune poursuite ne soit engagée alors que ces mesures, on le sait bien, ne sont prises que pour faire croire à une responsabilité partagée entre agresseurs et agressés, ce qui n’est pas.

Si l’on continue à faire passer les agresseurs pour les agressés, il est à craindre que le sentiment d’injustice ne puisse plus être contenu.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site