l'UMP fricote avec la CGT et consorts

  • Par sophie123
  • Le 19/10/2009
  • Commentaires (0)

Quand l'UMP fricote avec la CGT et consorts

EXCLUSIVITE "LES DESSOUS DU SOCIAL"

C'EST UNE PREMIERE qui fera date : imaginez l'UMP qui passe un deal avec la CGT, la CFDT et FO pour promouvoir la carrière des syndicalistes... La ville de Suresnes (UMP, Hauts-de-Seine) va signer mardi, avec ses représentants CGT, FO et CFDT, une "charte sur la reconnaissance du parcours syndical dans le développement de la carrière et l'évolution professionnelle". Axa France avait ouvert la voie en mai dans le privé, Suresnes poursuit la logique dans le public. "Reconnaitre la valeur de l'expérience acquise dans le travail syndical est une démarche juste et utile, m'a expliqué ce samedi Christian Dupuy, le maire de la ville. Elle permettra d'ouvrir le syndicalisme à des personnes porteuses de compétences diversifiées" car "beaucoup de jeunes refusent aujourd'hui de s'engager de peur d'être déclassés professionnellement et de mettre leur carrière entre parenthèse". Mustapha Zamoun, le délégue syndical de la... CGT (la moitié des voix aux élections), est 100% d'accord avec le maire UMP : "Cette charte s'engage à ce que l'engagement syndical ne soit plus un frein à l'épanouissement professionnel. Elle peut supprimer une peur de se syndiquer et contribue à changer le regard des uns sur les autres." On croirait entendre monsieur le maire !!! "Mais ça ne nous empêchera en rien de nous opposer quand il le faudra", précise-t-il tout de même. 

Cette charte vise en fait à "valoriser l'action syndicale et mieux faire connaitre ses actions". Elle a également pour but d'"accompagner les élus et représentants du personnel tout au long du parcours syndical". Une révolution, qui nous porte bien loin de l'époque de Germinal. Concrètement, tout nouvel élu ou représentant du personnel (mandat de 6 ans ou décharge de travail d'au moins 50%) aura dès sa prise de mandat un entretien avec le service RH et son supérieur hiérarchique pour définir et harmoniser "l'articulation entre activité professionnelle et syndicale". Plusieurs entretiens et bilans sont ensuite prévus en cours d'exercice et un "bilan individualisé des compétences acquises au cours du parcours syndical" est établi à la fin du mandat. Ensuite, l'élu pourra bénéficier d'un bilan de compétences ou de conseils en orientation professionnelle.

Je trouve en fait assez cocasse que ce soit un maire UMP, de surcroit dans les Hauts-de-Seine (sic !), qui donne aujourd'hui l'exemple. Tout comme il était ironique que ce soit Axa, le chantre du libéralisme patenté, qui le fasse en premier dans le privé. Avec dans les deux cas, une signature unanime de tous les syndicats représentés. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer ni avec la droite (loin d'être aussi anti-syndicale qu'on ne le dit, la preuve), ni avec les syndicats (capables de s'unir pour la bonne cause et de mettre de côté leur intestine division). Et vous, vous en pensez quoi ? 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×